[Chronique n°53] La Maison Bleu Horizon – Jean-Marc Dhainaut

la-maison-bleu-horizon-945844Titre : La Maison Bleu Horizon

Auteur : Jean-Marc Dhainaut

Edition : Taurnada

Genre : Fantastique / Paranormal

Prix : 9.99€

Nombre de pages : 260 pages

Résumé : Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d’Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l’enquête bouleversante qui l’attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d’un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?

Tout d’abord, un grand merci aux éditions Taurnada pour cet envoi puisque sans elles je n’aurais jamais pu découvrir ce livre (bien que j’en avais entendu parler sur Twitter), alors qu’il s’est avéré être un gros coup de cœur.

Déjà, l’histoire se déroule en Bretagne, une région que j’adore, donc j’étais super contente rien que de savoir ça. On ne découvre pas forcément la région mais c’est surtout l’aspect mystique et “religieux” qui berce la Bretagne depuis toujours et qui est mit en avant ici. Ensuite, j’ai beaucoup aimé le fait que dès le début du roman on soit dans le bain et que l’ambiance soit assez mystérieuse et lourde dès le début. Personnellement j’adore tout ce qui touche au paranormal et je m’intéresse beaucoup aux histoires d’esprits, du coup la quatrième de couverture m’avait bien alléchée.

Ce que j’ai le plus aimé avec cette histoire c’est le fait que tout ne soit pas révélé dès le début mais plutôt qu’on ai de grosses révélations au fil de l’histoire, jusqu’à l’apothéose en fin de roman où l’auteur nous laisse complètement bouche bée. C’est une technique que j’aime beaucoup et que j’ai retrouvé plusieurs fois chez des auteurs comme Lauren Oliver, notamment dans “Absences” (Vanishing Girls en VO), qui m’avait laissée béate.

Je voudrais vraiment féliciter l’auteur puisqu’il a réussi à avoir toute mon attention du début à la fin. Je ne pensais pas forcément apprécier ce roman autant mais dès les premières pages j’ai été complètement happée. Il a le don de raconter une histoire et de nous fasciner, un peu comme dans les feux de camp lorsque l’on se raconte des histoires d’horreur. Là, j’ai eu exactement la même impression. J’ai ouvert le livre et je n’ai pas pu le refermer avant de l’avoir fini. Et ça, croyez-moi, c’est rare.

L’intrigue n’est pas aussi simple que l’on croit. Même si l’on pense qu’il va s’agir d’une histoire d’exorcisme ou de chasse au fantôme, plus on avance dans l’histoire, plus l’intrigue s’épaissit et plus les événement étranges se produisent. On ne lit pas un seul chapitre sans avoir un nouveau rebondissement ou une nouvelle révélation en fin de chapitre, et c’est ça qui nous happe le plus. En soit, l’histoire était toute bête et a déjà été utilisée par de nombreux auteurs. Quoi de plus typique qu’un manoir hanté et isolé du monde ? Mais l’auteur a réussi à en faire une histoire unique, mêlant Histoire française, histoire d’amour, chasse au fantôme, enquête policière et tout ceci sans se répéter et avec beaucoup d’originalité.

J’ai tout de suite accroché aux personnages, ce qui est assez rare. Là, l’auteur a dépeint des personnages réalistes, uniques et pas clichés, du coup je me suis un peu vue à travers eux. J’ai beaucoup aimé le fait que le personnage principal n’ai pas cru tout de suite la famille bretonne lorsque la mère l’a contacté, puisque dans la vie de tous les jours, les gens ont une réaction un peu de “recul” lorsque l’on parle de phénomènes paranormaux et on a tendance à essayer de trouver une explication rationnelle. Eh bien c’est exactement ce qui se passe ici, Alan reste dubitatif au début et se renseigne au fur et à mesure, bien qu’il reste assez longtemps sur sa première impression. J’ai trouvé ses personnages vraiment réalistes et avec des réactions « humaines ». Je commence à en avoir ma claque des romans où les personnages sont bourrés de clichés et ne pourraient absolument pas exister dans la vraie vie. Dans ce roman, on pourrait tout à fait croiser les différents personnages dans la rue, et parfois j’avais même l’impression de lire une biographie ou un documentaire. C’était très agréable à lire. 

Cependant, j’ai un quelques problèmes avec la concordance des temps de certaines phrases et quelques phrases bancales. Ça va paraître stupide pour certains mais j’accorde pas mal d’importance à la fluidité des phrases et le fait que les temps soient mal choisi m’a parfois freiné dans ma lecture. Je ne pense pas que ça ait été intentionnel, et nous faisons tous des erreurs, moi la première, mais ça m’a parfois vraiment dérangée. Après, j’ai toujours été assez à cheval sur la syntaxe etc… donc je suis peut-être la seule à avoir remarqué ce détail et vous ne le verrez peut-être pas.

6

-Cupcake (1)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s