Parlons… adaptations cinématographiques ratées #2

Hey !

Je vous retrouve aujourd’hui pour parler d’un sujet qui fâche : les adaptations ratées de nos romans préférés pour un second volet !. Pour cet article, j’ai décidé de ne parler que de 3 romans/adaptations puisque j’en parle en détail et que si j’en avais choisi davantage, vous n’auriez pas vu la fin de cet article !

Voici donc les films qui sont, à mon sens, des adaptations ratées :

 Anges & Démons

AD_INTL_1SHT_GLOW_2

L’adaptation de Da Vinci Code avait déjà été ratée, mais celle de Anges et Démons est bien pire, d’où sa présence dans ce top.

Je suis une grande fan de Dan Brown et ses romans et, bien que je comprenne qu’il soit très difficile de les adapter vu leur longueur, je pense qu’ils auraient quand même pu faire un effort. Certains éléments étaient faciles à retranscrir et certains changements dans le films ruinent toute l’histoire.

Si vous n’avez pas lu le livre, petit warning : il y aura des spoilers, je ne peux pas faire autrement.

 Ce qui m’a le plus dérangée, c’est qu’une grosse partie de l’histoire est passée sous silence. Elle apporte pourtant son lot de surprise et est essentielle à l’intrigue. Dans le film, ils ont préféré rendre l’histoire plus plate sans doute pour gagner du temps, et c’est bien dommage. Je m’explique : pour faire court, dans le roman, le Pape tombe amoureux d’une femme, mais comme il est interdit pour le Pape d’avoir un enfant, il fait inséminer cette femme afin qu’ils puissent tout de même avoir un enfant ensemble. C’est le secret le mieux caché du Vatican et personne n’est au courant. Le Camerlengo, l’assistant du Pape, dont il est extrêmement proche, raconte l’histoire de la mort de sa mère. Au fil du roman cependant, on fini par comprendre que le Camerlengo est en réalité le fils du Pape, celui qu’il admire depuis toujours, celui avec qui il a toujours vécu. Cependant, le Camerlengo est extrêmement croyant et trouve cette révélation inacceptable, et il fini par tuer le Pape à la fin du roman, son mère biologique donc. C’est vraiment un élément central de l’intrigue et une révélation choquante pour le lecteur. En revanche, dans le film, le Camerlengo tue le Pape parce qu’il trouve qu’il est trop laxiste et il a simplement été adopté par le Pape lorsqu’il était plus jeune. C’est bien dommage.

Aussi, le roman est bien plus rythmé et l’intrigue est bien plus palpitante que dans le film. Les adaptations des romans de Dan Brown traînent toujours en longueur et semblent interminables. Dans le roman, le lecteur est sans arrêt stimulé intellectuellement par des indices glissés ici et là, des casses-tête, de nouvelles révélations, des rebondissements. Il se passe toujours quelque chose alors que dans le film l’accent n’est pas mis sur cet aspect « chasse au trésor » qui est pourtant la marque de fabrique de Dan Brown.

De même, lorsque Maximillian Kohler meurt, il donne à Langdon une webcam avec laquelle il a enregistré sa conversation avec le Camerlengo, celle qui le fera tomber et qui dévoilera la vérité au monde entier. Cette vidéo, dans le roman, sera projetée dans la salle de conclave, où se trouvent tous les cardinaux ainsi que le Camerlengo lui-même. Cette scène est grandiose et beaucoup plus impressionnante que dans le film, où seuls quelques personnages visionnent la vidéo dans un bureau.

Ce sont des détails, certes, mais ça a son importance. Pour moi, le film est trop aseptisé et il lui manque tout le mordant et le suspens que Dan Brown avait insufflé à l’histoire.

Il y a un soucis avec les personnages aussi puisqu’il en manque dans le film, ce qui change la donne, encore une fois. Il y a aussi beaucoup de personnages qui meurent au fil de l’intrigue, ce qui donne beaucoup plus d’impact et qui ne fait qu’augmenter le suspens. L’adaptation est le pays des bisounours en comparaison.

Sublimes Créatures

beautiful creatures.jpeg

Je sais qu’il ne s’agit pas d’une saga particulièrement populaire mais moi, c’est une saga qui a marqué mon adolescence et que j’ai beaucoup aimé, du coup j’étais très heureuse lorsque j’ai appris qu’il y allait y avoir une adaptation. Le film est agréable à regarder mais ça n’est pas une bonne adaptation des livres.

Déjà, ils ont supprimé le personnage de Marian, la meilleure amie de la mère d’Ethan, qui a pourtant un rôle majeur. Non seulement la mère d’Ethan est décédée depuis longtemps et elle lui sert de mère de substitution, mais en plus, elle s’y connaît très bien en Enchanteurs et a rôle capital dans l’histoire. C’est vraiment dommage qu’ils l’aient supprimée.

Tout comme dans Le Labyrinthe, le lien télépathique qui uni Ethan et Lena est complètement passé sous silence. C’est pourtant ce lien qui va leur sauver la vie et qui va, lui aussi, avoir un rôle capital. C’est vraiment l’un des éléments centraux de l’histoire et ce qui uni les personnages avant même qu’ils ne sortent ensemble et que leur histoire d’amour interdite ne prenne place. Je comprends qu’il soit difficile de retranscrire cet aspect à l’écran mais c’est dommage quand même.

Il n’y a aussi aucune mention que Macon Ravenwood est un Incube, c’est-à-dire qu’il se nourrit des rêves des humains et que c’est un être très sombre, alors que c’est un élément très important puisque Ethan va tenter de rester loin de lui à tout prix, et de Lena aussi du coup. Même si dans le film il faut rendre l’intrigue plus dynamique, alors que le roman est très long, ils auraient pu au moins rajouter cet élément qui a de l’importance jusqu’à la fin de la saga.

La fin du film est aussi très différente du roman, ce qui est un peu dommage. Dans le livre, Ethan n’a jamais eu la mémoire effacée par Lena, du coup la dernière scène du film, où Ethan crie le nom de Lena lorsqu’il la revoit à la bibliothèque et qu’il se souvient de tout, n’aurait jamais eu lieu. La fin du roman est bien plus sombre puisqu’elle concerne la 17ème lune de Lena, celle où l’on va enfin savoir dans quel « camp » elle va atterrir.

Confessions d’une accro du shopping

confession

Bon, pour ce film ça n’est pas une scène en particulier ou un personnage supprimé ou quoi que ce soit, c’est plutôt l’aspect général de l’adaptation. En fait, je trouve qu’ils ont tué tout l’aspect humoristique du roman.

Durant tout le roman, on a toujours le sourire aux lèvres et certaines scènes nous font carrément rire (faites attention si vous le lisez en public) alors que dans le film je n’ai pas ri. Je trouvais même Becky ridicule. L’humour était lourd et le film était plutôt plat.

Becky est réduite à une femme stéréotypée, vêtue de rose, complètement hystérique. Dans le roman, elle a quand même des moments de lucidité et reste une femme d’affaires, elle n’est pas simplement une femme obsédée par le shopping. Et puis elle est vraiment drôle.

L’histoire d’amour prend aussi une trop grande place dans le film, alors que la romance n’arrive que plus tardivement dans le roman, ce qui permet au lecteur de vraiment faire connaissance avec les personnages avant que l’histoire d’amour ne démarre. Lisez le roman si vous voulez vous marrer un peu, passez votre chemin pour le film.

-Cupcake (1)

Publicités

4 commentaires sur « Parlons… adaptations cinématographiques ratées #2 »

  1. Je suis complètement d’accord avec toi en ce qui concerne Sublimes Créatures! La saga fait partie de mes coups de cœur et l’ayant lue et relue et relue, l’adaptation m’a fait extrêmement mal x( Je préfère la mettre aux oubliettes et ne garder en mémoire que les livres…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s