[Chronique n°48] It Ends With Us – Colleen Hoover

it-ends-with-us-751754Titre : It Ends With Us

Auteur : Colleen Hoover

Editeur : Hugo New Romance

Genre : Romance

Prix : 17€

Nombre de pages : 367

Résumé : Lily Blossom Bloom n’a pas eu une enfance très facile, entre un père violent et une mère qu’elle trouve soumise, mais elle a su s’en sortir dans la vie et est à l’aube de réaliser le rêve de sa vie : ouvrir, à Boston, une boutique de fleurs. Elle vient de rencontrer un neuro-chirurgien, Lyle, charmant, ambitieux, visiblement aussi attiré par elle qu’elle l’est par lui. Le chemin de Lily semble tout tracé. Elle hésite pourtant encore un peu : il n’est pas facile pour elle de se lancer dans une histoire sentimentale, avec des parents comme les siens et Atlas, ce jeune homme qu’elle avait rencontré adolescente, lui a laissé des souvenirs à la fois merveilleux et douloureux. Est-ce que le chemin de Lily est finalement aussi simple ? Les choix les plus évidents sont-ils les meilleurs ?

En général avec Colleen Hoover je sais que je ne vais pas être déçue, et cette fois n’a pas dérogé à la règle. Elle a le don d’écrire des romances avec un message fort et avec des histoires qui vont restés ancrés dans votre mémoire. D’ordinaire je déteste les romances mais Colleen Hoover me touche à chaque fois et celui-ci tout particulièrement.

C’est l’un des meilleurs livres que j’ai lu depuis un moment. C’est incroyablement bien écrit, cru (émotionnellement parlant), puissant dans son message, et addictif. C’est comme lorsque les gens s’arrêtent au bord de la route pour regarder les voitures accidentées, c’est de la curiosité malsaine, et c’est un peu la même chose avec ce livre. Lily traverse une épreuve très difficile mais on se sent obligés de continuer à lire le roman et à s’immiscer dans sa vie.

Je ne vais pas vous dévoiler ce qu’il se passe, ça ne servirait à rien. Le pouvoir de se livre c’est de nous laisser sur le cul par rapport à l’événement et ce serait dommage de vous gâcher le moment. Je pense qu’il faut se lancer dans ce roman sans connaître l’histoire, sans savoir quoi que ce soit du roman, mais juste le commencer « impulsivement ». Je vous conseille de ne pas lire le résumé, même si j’en ai fourni un pour cette chronique. C’est ce que j’ai fait, et je ne le regrette pas. Le fait que ce livre ai été un coup de coeur n’a été possible que grâce à mon « ignorance ».

Comme je l’ai mentionné, on ne peut pas poser ce livre. C’est impossible. Il n’y a aucun moment de pause, aucun moment où on pourrait le poser pour aller se coucher, aucun moment où c’est un peu plus mou. A chaque fois que j’ai essayé de le faire, je ne faisais que penser à l’histoire et je voulais savoir ce qui allait se dérouler. Ça n’arrive pas souvent que je lise un roman d’une traite, mais là je suis restée éveillée très tard pour pouvoir le finir. Voilà à quel point je l’ai trouvé bon.

Ce roman est un vrai coffre au trésor. Dès qu’on pense avoir découvert un nouvel élément qui bouleverse tout, on en découvre un autre, et encore un autre, jusqu’à la fin. C’est fou à quel point Colleen Hoover peut me plonger dans ses histoires. Elle a une plume fantastique et fait son job merveilleusement bien.

En plus de Lily, une femme très forte et touchante, on a d’autres personnages autour qui ont tout autant d’importance et auxquels on s’attache très facilement. Personnellement je n’oublierai jamais le personnage d’Atlas, qui m’a vraiment émue et qui restera sans doute gravé dans ma mémoire à jamais.

Je suis le genre de lecteur qui s’attache aux personnages secondaires plutôt qu’aux personnages principaux, sans vraiment savoir pourquoi (et j’en avais d’ailleurs fait un article) mais là je me suis retrouvée face à Lily dont l’histoire et le parcours m’a touché dès les premières pages. Elle nous emporte avec elle dans son histoire et ne fait que nous impressionner au fil des pages. J’ai fini par m’attacher à elle et à l’admirer. Elle nous enseigne une belle leçon de vie.  C’est un modèle pour toutes jeunes filles, et même les femmes de tout âge.

C’est aussi le genre de roman qu’il faut relire une seconde fois, en sachant ce qu’il se passe par la suite, pour mieux comprendre le début et avoir une autre perspective. Il y a tellement de « couches » dans cette histoire qu’on ne peut pas tout capter dès la première lecture.

En revanche, ce qui m’a un peu soûlée (je ne trouvais pas mieux comme expression) c’est son journal intime qu’elle lit et relit sans arrêt et qui prennent une bonne partie du roman alors que je ne les trouve pas particulièrement utiles. Elle aurait pu nous résumer son journal intime plutôt que de nous faire lire son journal intime en entier.

Bon, vous l’aurez compris, j’aurai pu rester là toute la journée à vous vanter les mérites de ce roman, qui m’a bouleversée et touchée comme jamais un livre ne l’avait fait auparavant. Je ne peux que vous le conseiller, en espérant que parmi toutes les chroniques que j’ai fait, vous choisissiez de lire ce roman-là.

6

cupcake-1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s